Mot du Président (octobre 2021)


Chers camarades, chères amies,

Je suis fier et heureux d’écrire mon premier éditorial aujourd’hui en qualité de nouveau président de notre belle Amicale.

Mes premiers mots seront des remerciements à mes prédécesseurs, le colonel Sauvée qui a porté l’amicale pendant 20 ans et plus particulièrement le Lieutenant-Colonel Delaval qui me transmet aujourd’hui le flambeau après 19 ans. La barre est haute Bernard, le bureau, tes amis le reconnaitront aisément. C’est ton trait de caractère, la perfection, l’excellence, l’abnégation, la générosité, nécessaires à cette fonction. J’associe également ton bureau, les adjudant-chef, Dreux, Ollivier, Sanchez fidèles grognards et Jean-Pierre Passard qui nous quitte. J’accueille avec bienveillance les nouveaux membres.

Tu resteras parmi nous j’en suis sûr, à mes côtés un certain temps, comme conseiller Mémoire. Le Régiment saura aussi en profiter et le livre sur le 35 restera comme un exemplaire devoir mémoriel !

Tu me confies une très belle Amicale, saine, active et riche. Forte d’environ 750 membres, tous nostalgiques des parfums qui ont marqués leur temps passé au sein de l’Artillerie Parachutiste.

Les odeurs dans notre vie militaire, c’est important, le kérozène derrière l’avion, la poudre sur la position de batterie, la balise India, les rizières, le djébel, le désert, l’huile du canon, la Graisse Auto Artillerie d’Usage Général (G 414), la toile du parachute et le treillis.

Nous ne devons pas perdre de vue ce lien qui nous unis et qui fédère notre amitié autour des valeurs du Régiment. Une amicale c’est aussi un lien de solidarité avec nos anciens, dans la peine ou la difficulté mais aussi avec nos jeunes en quête de repères et de soutien.

Ça doit être également un Réseau, ou chacun peut compter sur le soutien de l’autre. Notre maillage national est une force et nous devons en profiter.

Les réseaux sociaux sont certainement un appui pour communiquer mais aujourd’hui je compte m’appuyer sur les comptes officiels du Régiment comme Facebook ou Twitter pour le chef de Corps. Je m’appuierai également sur le site internet, tenu par notre ami Stéphane Gaudin.

Pour l’instant restons nous-mêmes, fiers de notre passé et profitons de cette convivialité humaine, unique dans notre milieu, régénérateur de souvenirs et moments de partage

Prenez soin de vous et continuons à soutenir notre Régiment sur la trace de nos anciens.

Droit Devant !

Philippe Formosa


Philippe Formosa est né le 15 octobre 1961 à Souk Ahras département de Constantine .

A l’issue de sa préparation militaire supérieure, en juillet 1982 à Caylus, il choisit l’Artillerie.

Appelé comme élève officier de réserve, il rejoint Draguignan le 1er juin 1983. À l’issue des 4 mois de formation, il choisit le 35e Régiment d’Artillerie Parachutiste ou il sert respectivement à la 1ère batterie, à la BCL puis à la 3e batterie avant de prendre l’équipe CRAP en 1988.

Lieutenant Formosa durant l’opération Daguet (1990-1991). Photo : Bernard Sidler.

Il est projeté en Guyane puis dans le Golfe persique (opération Daguet) avec l’équipe. Il est promu capitaine le 1er février 1991.

Après deux ans à la tête de la 3e batterie, il est muté comme officier-artillerie au 1er Régiment de chasseurs parachutistes à Souge. Il sera breveté Instructeur SOCR. À l’issue il est projeté en Bosnie plusieurs fois, comme adjoint et chef de détachement du groupement commando parachutistes de la brigade puis comme officier renseignement au sein du BATFRA de Sarajevo.

Il revient au 35 en 1999 comme DL TAC GCP. Il enchaînera : Bosnie, Kosovo, Gabon et Kosovo.

En 2005, il est muté à la Délégation Militaire des Hautes Pyrénées où il terminera sa carrière.

Il rejoint ensuite la mairie de Tarbes comme directeur de la Logistique et des Manifestations tout en poursuivant une carrière de réserviste comme OAR du régiment.

Il est chevalier de la Légion d’Honneur, de l’ordre national du Mérite et titulaire de la croix de guerre des théâtres d’opérations extérieures avec une citation à l’ordre de la Brigade

Il est père de 5 enfants.

Previous Le GM 35 en Indochine (1953-1955) - Partie 3
This is the most recent story.

No Comment

Leave a reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code