Commandement du Lieutenant-colonel BOUSQUET


Colonel BOUSQUET 1951-1955

Le 1er octobre 1952, le 35e RALP fait l’objet d’une réorganisation majeure. Il comprend alors : Une section de Commandement, deux groupes de 105 les 1/35 et 2/35 et un groupe de 155 le 4/35.

L’année 1952

1952 est l’année de la consolidation des acquis pour le 35 dont la réputation est maintenant établie. Les activités aéroportées avec matériel sont moins nombreuses que les années précédentes, sachant que désormais, l’effort porte sur la prise en main des nouveaux matériels d’artillerie récemment confiés au régiment.

Du 3 juin au 3 juillet, l’instruction spécifique se déroulera lors de manœuvres au camp du Larzac.

Du 30 juin au 17 juillet, le régiment est fier de participer à une activité aux répercussions nationales en présentant ses savoir-faire lors des « Nuits de l’Armée ». Le détachement, commandé par le lieutenant Faulle, parachute deux équipes de pièce du 4/35.

Cette manifestation remporte un indéniable succès dont la presse parisienne se fait l’écho.

Le ministre de la Défense témoigne en personne sa satisfaction au régiment.
« Je me fais un devoir de souligner à cette occasion la belle tenue et le dynamisme dont ont fait preuve les détachements du 35e régiment d’artillerie légère parachutiste et de vous dire toute ma gratitude pour l’aide qu’ils m’ont apportée.
Je joins à ma lettre quelques exemples de presse particulièrement significatifs.
« Les parties les plus spectaculaires sont le parachutage des fantassins et artilleurs aéroportés. Le matériel (2 canons de 75 contenus, par pièces détachées, dans des containers) est censé avoir été parachuté sur le terrain, en fait dans l’obscurité, 2 half-track silencieux amènent les caisses et les parachutes sur la piste. Celle-ci s’éclaire et dans un bruitage parfait de moteur d’avion, les parachutistes descendent des cintres.
Tandis que les fantassins se portent aux coins du terrain pour en assurer la défense, les artilleurs, dont deux sur des scooters pliants, se portent vers le matériel qu’ils assemblent. Les équipes des 2 pièces se livrent un match à qui remontera le plus vite la pièce pour tirer le premier coup de canon (à blanc). Nous vîmes hier l’équipe gagnante réaliser le temps de 2’48’’».
Signé LEJEUNE

Le 14 juillet, le 35e RALP est mis à l’honneur, régiment au complet. Le personnel des 5 batteries défile à pied sur les Champs Élysées pour la première fois.

Du 25 août au 3 septembre, le 35 effectue un séjour au camp du Larzac dans le cadre de la manœuvre « Hercule », en présence de monsieur de Chevigné, sous-secrétaire d’état à la guerre, et du général de corps d’armée Blanc, chef d’État Major de l’Armée.

Du 14 septembre au 20 septembre, le 35 participe à la manœuvre « équinoxe » aux FFA. Il est largué au nord-est de Lauterbourg, entre la voie ferrée et le Rhin, à partir de C 119 de l’escadre de l’US Air Force basée à Rheinmein. Le régiment participe à hauteur de 11 officiers, 33 sous-officiers et 57 hommes de troupe aux ordres du lieutenant-colonel Convert. Sont largués, à cette occasion, 4 pièces de 75, 2 jeeps et 4 motos.

L’année 1953

La première moitié de cette année est similaire aux deux années précédentes. Cependant, la tragédie indochinoise se profile à l’horizon. La deuxième moitié de l’année va mettre le régiment en ébullition. Il reçoit en septembre l’ordre de mettre sur pied un groupe d’artillerie parachutiste constitué d’une batterie de commandement et de deux batteries de tir destiné à servir sur court préavis en Indochine.

Cette mise sur pied est rendue particulièrement délicate par le fait que seuls les cadres sont majoritairement des militaires d’active, les hommes du rang sont, quant à eux, pratiquement tous des appelés qui ne sont pas censés, à l’époque, être engagés en opérations hors de la métropole.

Previous IN MEMORIAM Daniel RICHARD
Next Il y a 70 ans, le 35e RALP par Marcel HIREL, appelé de la 47/02

No Comment

Leave a reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code