La 3e batterie du 35e RAP en Afghanistan (embuscade d’Uzbeen, août 2008)


Mise en alerte et préparation de la mission

Fin mai 2008 : la batterie, initialement prévue sur une MCD1 en Guyane est pré-alertée qu’un départ en Afghanistan se profile avec encore des hypothèses variables, en termes de volume et de date.

Quelques jours plus tard, alors que se déroule le premier service en campagne en TRF1 dans le cadre d’un camp régimentaire à Canjuers, les sangliers sont rappelés à Tarbes en urgence pour préparer le matériel qui quittera le régiment une semaine plus tard vers Miramas.

Il s’agit d’un module artillerie de 46 personnes, armant un détachement de liaison, trois équipes d’observation d’artillerie sur VAB OBS2, dont une avec la double qualification de JTAC (contrôleur aérien avancé), et deux demi-SAM3 à deux pièces de mortier de 120. En masqué sur le TUEM4, un militaire du rang nous offre la capacité de sondage léger, un autre la capacité de réparateur optronique pour les VAB OBS et le VIT5. Nous allons être projetés dans le cadre du mandat PAMIR XIX et XX, aux ordres du RMT6 et du 8e RPIMa7, afin d’armer la FOB8 Tora dans le district de Surobi à 50 kilomètres à l’est de Kaboul, et 40 kilomètres au sud de la FOB Nijrab (position la plus au sud de la TF10 700).

Une fois le matériel expédié, et la passation commandement batterie réalisée, commence une phase d’instruction accélérée pour la dizaine de personnes ayant effectué une partie de la formation SRF9, avec la première batterie du régiment, qui arme depuis juillet dernier la TF 700. La préparation se termine une semaine avant le départ par une manœuvre mortier avec tir au camp de Ger pour travailler une dernière fois nos savoir-faire.

Premiers pas en Afghanistan

Environ un tiers du module pose les pieds en Afghanistan mi-juillet, et il est alors possible de prendre la température du RMT, qui commande le mandat PAMIR XIX. Le TOA11 de la FOB et du district de Surobi des Italiens aux Français est prévu le 5 août. Nous nous attelons donc à récupérer nos matériels et à percevoir les munitions ALI12 et les munitions de 120 mm.

Dès le 5 août, une demi-SAM, et un observateur JTAC ainsi qu’un détachement de liaison sont en place sur la FOB Tora. La chaîne artillerie est donc opérationnelle dans les délais impartis et le 7 août, dans le cadre d’une opération de démonstration de force, nous tirons quelques obus éclairants afin de montrer à la fois à la population et aux insurgés que nous sommes présents et prêts à intervenir.

Un deuxième observateur d’artillerie est mis en place sur la FOB et en parallèle commencent les patrouilles et les opérations dans le secteur, qui rapidement s’éloignent de la couverture des mortiers restés sur la FOB, nécessitant la formation de SGTIA13 renforcés.

Déroulé succinct de l’embuscade de Sper Kundaï, vu de l’artilleur parachutiste

Le 18 août 2008, après trois jours d’opération, dans la vallée d’Uzbeen et de Tizin aux proximités immédiates de la FOB. Le DML14 du BATFRA15 PAMIR XIX se réarticule en QRF16.

A 16h00, ce même jour, la section CARMIN2 du 8e RPIMa qui renforçait un détachement du RMT se fait accrocher au pied du col de Sper Kundaï. L’imbrication des combattants n’a permis que deux passes aux canons de 30 mm par un A10, demandé par le JTAC du 35e RAP et quelques passes d’hélicoptères américains guidés par les forces spéciales, déployés en appui de CARMIN2. Les deux équipes d’observation d’artillerie, grâce à leur caméra thermique CASTOR, donnent en permanence du renseignement sur les activités ennemies, allant même jusqu’à fixer un groupe d’insurgés à l’ANF1 pour permettre un tir efficace au canon de 20 mm.

En début de soirée, l’arrivée de la QRF de Warehouse et la mise en batterie d’une demi-SAM, renforcée d’une section d’infanterie pour sa défense rapprochée, permet la reconnaissance du col de Sper Kundaï, pour désengager totalement CARMIN 2. Au milieu de la nuit, le GTIA17 s’empare du col sans incident notable.

Le lendemain matin, est héliportée une section du 8e RPIMa sur le col afin de renforcer le dispositif de couverture. À peine, une demi-heure après sa mise en place, cette section est doublement prise à partie par du mortier de 82 mm et par un groupe estimé à une quinzaine d’insurgés, équipés d’AK47 et de PKM qui tiennent un sommet surplombant le col, à une distance de cinq cents mètres des premiers éléments amis. Une demande d’appui feu mortier de 120 est immédiatement envoyée et rapidement, les deux coups de mise en place tombent sur le binôme de tête ennemi. Suivent alors cinq salves de huit obus fusants permettant de renouveler ou déplacer les efficacités sur les nids de résistance, brisant ainsi l’action des insurgés. La dernière salve neutralise entre autres une personne en déplacement, validant le concept de tir sur objectif mobile. Seul un insurgé parviendra à s’exfiltrer.

Enfin, commence en début d’après-midi, le désengagement des troupes permettant à tous les combattants de se réarticuler sereinement sur la FOB.

Cette action des mortiers de 120, a prouvé si besoin en était, que ce matériel est indispensable dans les opérations de guerre menées en Afghanistan, notamment par l’efficacité des obus explosifs en mode fusant qui s’est avéré particulièrement redoutable sur du personnel à, découvert.

Poursuite de la mission

Après le deuil de nos camarades tombés le 18 août dernier, la mission a repris le dessus et le 3e RPIMa qui a relevé le RMT à la tête du BATFRA, le 17 septembre dernier entame une intense période de planification en vue d’opérations d’envergure. Fier de leur action au profit des paras du 8, les artilleurs parachutistes attendent ces futures opérations afin de se donner l’occasion d’offrir une nouvelle fois à leurs camarades de l’infanterie la possibilité de faire basculer le rapport de force.

En attendant, la mission au quotidien se partage donc entre patrouilles et points d’observation autour de la FOB Tora pour les équipes d’observation d’artillerie, défense de la FOB pour les pièces, et opérations pour tous, afin de sécuriser notre zone de responsabilité.

La vie sur la FOB est extrêmement rustique, mais les travaux qui touchent à leur fin laissent présager une nette amélioration dans ce domaine.

Le paysage dont personne ne se lasse, aide l’artilleur parachutiste à s’évader dans les quelques moments de libre qui s’offrent à lui. Cependant, les quelques roquettes qui tombent parfois aux environs de la FOB, les ramènent souvent brutalement à la réalité.

La mission que nous menons ici reste exceptionnelle à plusieurs points de vue. C’est, en effet, ici que nous voyons le fruit des efforts consentis à l’entraînement, prouvant une nouvelle fois que seul le drill est réellement efficace dans le feu de l’action.

C’est aussi ici que nous faisons exclusivement notre métier premier d’artilleur, sans oublier évidemment les réflexes de soldat, qui sont vitaux, dans une guerre de contre-insurrection.

C’est, en outre, le théâtre rêvé des artilleurs parachutistes où les qualités de précision, de réactivité, et de force morale sont des éléments essentiels pour la réussite des actions menées. C’est enfin une mission risquée qui rappelle à tous les soldats, que nous nous sommes engagés en acceptant s’il le faut de donner sa vie pour la cause que nous défendons.

Les sangliers de la 3e batterie du 35e régiment d’artillerie parachutiste poursuivent donc leur mission avec cœur, en restant fidèle à leur double devise « droit devant » et « sans détour ».

Capitaine RUYANT

35e RAP / DL ART BATFRA PAMIR XIX et XX

Article initialement publié dans le magazine ARTI 12 de janvier 2009


NOTES : 

  1. MCD : mission de courte durée
  2. VAB OBS : véhicule de l’avant blindé “observation”
  3. SAM : section appui mortier
  4. TUEM : tableau unique des effectifs et des matériels
  5. VIT : véhicule d’identification topographie
  6. RMT : régiment de marche du Tchad
  7. RPIMa : régiment parachutiste d’infanterie de marine
  8. FOB : forward observation base (base d’observation avancée)
  9. SRF : special reaction force
  10. TF : task force
  11. TOA : transfert of authority
  12. ALI : arme légère d’infanterie
  13. SGTIA : sous groupement tactique interarme
  14. DML : détachement mortier lourd
  15. BATFRA : bataillon français
  16. QRF : quick réaction force (force d’action rapide)
  17. GTIA : groupement tactique interarmes
Previous Passation de commandement (1er et 2 juillet 2021)
Next Le GM 35 en Indochine (1953-1955) - Partie 1

No Comment

Leave a reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code